Réflexions personnelles sur notre système éducatif et son actualité

Toutes mes excuses à mes élèves de troisième

In Au piquet on 29 juin 2013 at 11 h 37 min

A mes élèves de Troisième,

Toute l’année, j’ai suivi le programme avec ses fourchettes horaires. Toutes mes excuses de vous avoir donc mal préparés au sujet qui est tombé hier. J’aurais dû passer 1/8ème du temps à l’étude de la crise de Cuba. Je n’aurais pas dû traiter les cinq premières séquences d’histoire.

J’ai notamment passé le temps prévu à aborder les deux premières séquences thématiques qui vous ont tant intéressé. Toutes mes excuses, je n’aurai pas dû car elles semblent aux yeux de beaucoup inutiles : aucune question dans aucun des sujets, même ceux des centres étrangers (pourtant plus intéressants que celui auquel on a eu droit en France).  Il ne faut pas heurter les conservatismes fut-ce au détriment de vos apprentissages.

Toute l’année, je vous ai préparé à mettre en perspective un exemple ou une étude de cas pour appréhender une période ou un fait historique ou géographique plus large. Toutes mes excuses de vous avoir donc mal préparés au sujet qui est tombé hier

Toute l’année, je vous ai répété qu’il n’est pas très utile de connaître une définition par coeur, qu’il était plus intéressant de maîtriser une notion, un concept pour l’appliquer, pour expliquer. Toutes mes excuses de vous avoir donc mal préparés au sujet qui est tombé hier.

Toute l’année, quand on travaillait la capacité « raconter un fait historique », j’exigeais de vous de la méthode pour bâtir un récit historique plus que de l’encyclopédisme. Toutes mes excuses de vous avoir donc mal préparés au sujet qui est tombé hier.

Toute l’année, j’ai exigé de vous que vous travailliez vos repères chronologiques autour de grands thèmes et en les reliant au programme de Troisième. Toutes mes excuses pour vous avoir donc mal préparé à ce qui est tombé hier car de l’ancienne épreuve on a gardé que le pire : la « récitation » de repères chronologiques !

Je vous ai fait découvrir cette année les hauts lieux de notre démocratie : nous avons visité le Palais Bourbon, vous êtes entrés dans l’hémicycle, nous sommes passés devant l’Elysée, le conseil d’Etat, nous avons découvert le Panthéon. Toutes mes excuses d’avoir omis de vous faire visiter un plateau TV lors de cette sortie.

A plusieurs reprises, je vous ai fait travailler sur des tâches complexes pour acquérir et/ou évaluer les connaissances et compétences du socle commun. Un peu moins souvent d’ailleurs que je ne l’aurais voulu car je me doutais bien que l’épreuve n’exigerait pas de tâche complexe. Toutes mes excuses donc pour n’avoir pas utilisé ce temps à visionner « Questions pour un champion » et à écouter « le jeu des mille euros » qui vous aurait davantage préparés.

Toute l’année, en géographie nous avons travaillé essentiellement à partir de photographies de paysages et des SIG. Toutes mes excuses pour ne pas avoir privilégié les tableaux statistiques à 60 chiffres.

Toute l’année en géographie nous avons abordé la cartographie comme un langage à part entière permettant de montrer, démontrer, résumer, synthétiser. Toutes mes excuses pour ce temps perdu plutôt que de vous faire placer des informations déconnectées les unes des autres sur un fond de carte lui-même déconnecté des dites informations

Toute l’année,  j’ai exigé de vous que vous donniez du sens à vos savoirs. Toutes mes excuses de vous avoir donc mal préparés au sujet qui est tombé hier.

Lorsqu’en début d’année , je vous avais présenté la nouvelle épreuve de brevet (vous aviez sans doute compris qu’elle ne me satisfaisait pas même si j’étais loin d’imaginer un tel sujet !) je lui avais trouvé une vertu : contrairement à l’ancienne épreuve vous n’auriez pas cette impression d’avoir appris beaucoup de choses pour n’être évalué que sur peu. Je croyais que son côté « zapping » permettrait de vous évaluer sur la quasi totalité du programme. Toutes mes excuses pour vous avoir menti.

Toutes mes excuses à l’avance pour les critiques que certains adultes ne manqueront pas de vous faire en utilisant cette épreuve. Il y en aura, c’est sur, pour oser affirmer que « c’est la preuve que le niveau baisse  » / « les élèves sont nuls car cette épreuve était facile »  / ces élèves ne savent rien » …etc.  A ceux là vous pourrez toujours leur demander de rédiger vingt lignes sur la crise de Cuba. En fait on ne vous a  pas offert l’occasion de montrer ce que vous avez acquis pendant l’année.

Toutes mes excuses pour l’énorme déception qui se lisait hier dans vos regards, vos paroles.

Toutes mes excuses pour ma future participation à cette épreuve car il me faudra la corriger.

Passez maintenant aux  vacances en vous persuadant bien que tout ce que vous avez acquis cette année n’est pas inutile même si ça l’a été hier.

 

le sujet

le sujet de Pondichéry

Advertisements
  1. Merci cher collègue d’exprimer de manière si précise ce que beaucoup d’entre nous ressentent aujourd’hui.
    Une prof d’histoire géo

  2. Mon cher collègue, je suis navrée autant que vous mais vous avez le mérite d’avoir fait grandir ces enfants, de leur avoir enseigné le goût d’apprendre pour comprendre, ça n’a pas de prix….Plus tard, bien après le brevet, ils s’en souviendront, ils réfléchiront par eux mêmes si tout va bien, et auront cette liberté de décider si une chose est juste ou pas… Cela n’a pas de prix…. Nous autres enseignants avons cette grande tache, ce devoir, de donner du civisme et de la soif d’apprendre et de goûter à cette liberté de savoir qui nous est chère!!! Alors pas d’excuses, vous avez bien fait votre boulot et vos élèves ont de la chance!!!! Amitiés. M. Kuperberg

  3. Bonjour Laurent, merci pour cet article intelligent et personnel. Je partage tout à fait ton avis et je l’étendrais à tous les DNB y compris la série professionnelle, notamment en français où l’on attend une connaissance d’une figure de style en série pro mais pas en série collège. Le seul sujet intelligemment conçu que j’ai lu est celui de math en série pro. On ne leur a la permis de donner le meilleur d’eux mêmes, on ne leur a pas donné l’occasion de vérifier que ça sert à quelque chose de travailler, d’acquérir intelligemment des connaissances et des méthodes.le niveau d’exigence du DNB n’a rien a voir avec le niveau d’exigence de 3e. C’est décourageant.

  4. Le second degré, c’est délicat par écrit et quand on se connait mal.
    Je ne suis pas enseignant et j’ai peu d’expérience des évaluations de 3ème et plus particulièrement du brevet, de ses contraintes et de ses traditions.
    Néanmoins, j’ai du mal à vous suivre dans ce que vous suggérez.
    Vous dites « A plusieurs reprises, je vous ai fait travailler sur des tâches complexes pour acquérir et/ou évaluer les connaissances et compétences du socle commun. » C’est très bien, mais est-ce un vrai problème que l’épreuve ne soit pas une tâche complexe ? Ce n’est qu’une épreuve et les tâches complexes menés pendant l’année n’étaient pas nécessairement inadaptées pour autant à sa préparation, tout en visant plus loin.
    Même chose pour le « langage à part entière de la cartographie » versus les « informations déconnectées les unes des autres sur un fond de carte lui-même déconnecté des dites informations ».
    Est-ce que vous ne seriez pas toujours un peu trop assujetti à cet examen malgré l’indépendance de vos pratiques 😉
    Je veux dire, on peut sans le rejeter, le remettre à sa place d’examen sans enjeu, d’expérience intéressante qui n’a pas à remettre en cause ce que vous faites de bien et qui s’inscrit dans le plus long terme !

  5. Enfant, je suis allé à l’Assemblée Nationale, au Sénat… Ce sont de loin mes meilleurs souvenirs. Ils m’aident tous les jours à « comprendre » les hommes politiques

  6. Tu les as parfaitement préparé pour la suite de leurs études quelles que soient leurs directions !

  7. Les enseignants qui m’ont marquée sont ceux qui m’ont appris quelque chose de la vie, quelque chose de moi, de ma relation aux autres et au savoir. Ce sont qui ont su me dire avec bienveillance et exigence: malgré ton ignorance tu es déjà riche de ce que tu vas apprendre, tu ne sais pas encore grand chose mais tu es bien davantage que ce que tu ne sais pas ou que ce que tu crois savoir. J’en compte quatre: mes maîtresses de maternelle en GS, ma prof de philo en terminale et plus récemment, un ou deux formateurs. Enseigner est tout sauf du court-termisme. Bon repos à toi Monsieur le Professeur et longue vie à tes élèves.

  8. Premier pas courageux, ou je n’ai rien compris.

  9. Si si, ton travail était utile, ils ont su reconnaitre l’Élysée… en fond d’écran derrière Claire Chazal 🙂

  10. Merci pour cette lettre à vos élèves,
    elle ne peut mieux dire ce que j’ai aussi envie d’ écrire aux miens.
    M’autoriseriez-vous à la reprendre, pour la poster sur l’ENT de mon établissement (en citant la source) ?
    Je sors d’une longue journée de correction, sans entrer dans les détails, en vrac :
    – des consignes de correction parfois ubuesques, comme pour la question sur « l’objectivité » de Pierre Bérégovoy lorsqu’il défend les 39 H : les élèves peuvent répondre oui ou non.
    – des questions formatées où l’on attend que le candidat fasse la promotion des media comme acteurs de la démocratie … Les élèves ont souvent répondu qu’ils « formatent » l’opinion, formidable signe d’encouragement mais si ne mérite pas de point si l’on s’en tient aux consignes de correction
    – des questions aux définitions introuvables comme qu’est-ce qu’un « espace productif » ? Là où il y a des sociétés humaines, il y a espace productif, non ?
    – je ne m’étends pas sur Corée ou Cuba, le piège à élèves et à leurs professeurs.
    Heureusement qu’il y avait la « question pour un champignon » : les élèves ont du se demander si on se fichait d’eux. Beaucoup ont présenté les candidats comme des « finalistes » et leur temps de parole est devenu « scores » ou « points » ou encore … « temps restant pour pouvoir voter » (sic !)
    Tapez1, Tapez 2 et … laissez-vous guider !

  11. Cher collègue, je rejoins totalement ton analyse. Certaines de mes élèves pleuraient, tant j’avais mis la pression (nous faisons dans mon collège une « semaine de révisions »,avec mini-fiches pour préparer à la question développée, mais sur des sujets bien plus larges, avec réemploi des études de cas en exemple bien sûr, car j’imaginais bien qu’on chercherait à nous piéger avec elles ..) J’aurais bien pleuré aussi..Même analyse à propos du croquis…Que d’efforts pour eux, inutiles..J’avais même envisagé un croquis de « la région où se situe votre établissement » . Nous, c’est le Centre..Par conséquent, j’avais donné des trucs pour le bâtir ! Quelle désillusion…
    Merci donc d’avoir si bien exprimé ce que nous sommes beaucoup à ressentir !

  12. Merci pour ce billet d’humeur bien envoyé dans les dents des concepteurs de ce sujet inepte et inique. On voudrait décrédibiliser notre discipline qu’on ne s’y prendrait pas autrement….

    Demander autant de travail aux enfants pour les interroger dans les coins perdus du programme avec des documents si maigres d’intérêt….Dans mon collège, les salles se vidaient dès l’autorisation de sortie et le paragraphe sur Cuba était souvent inexistant ou tronqué (que dire de la pagination foireuse qui ferme le cadre en bas de la 2ème page, alors que 10 lignes sont encore attendues à la suivante).

    Vivement le contrôle continu….

    Amerigo

  13. je comprends votre désarroi….mais je tiens à vous rappeler une chose, l’objectif de la classe de 3ème n’est pas de préparer vos élèves au brevet, sa réussite est implicite dès que le niveau de l’adolescent est convenable et la plupart des points sont acquis lors du contrôle continu, l’examen n’a qu’un rôle rituel, donner aussi des points facilement à des élèves « limites » durant l’année.
    L’objectif de la classe de 3ème est de donner les compétences et l’autonomie de travail nécessaires à la réussite au lycée, entamer la construction (commencée dès l’entrée en 6ème) du sens civique d’individus qui parfois n’auront plus ce genre d’enseignement (sortie du système scolaire) . Le Brevet n’est là que pour donner un diplôme à des individus qui pourraient sortir du système de formation et attester qu’ils ont des connaissances basiques, savent compter et ne sont pas illettrés: c’est le seul objectif du brevet.
    De fait il est calibré pour être réussi par un élève de 5ème qui n’a pas de trouble d’apprentissage.
    Je sais que principaux (ales) et inspection vous bassinent avec les statistiques du brevet mais cela ne doit pas faire perdre de vue la réalité des objectifs, le reste étant carriérisme et politique…
    Si vous avez effectivement réalisé ce que vous annoncez vous avez fait du bon bouleau pour le lycée.
    Bonnes vacances

  14. Bonjour !

    Je suis une collégienne qui est tombée sur ce billet par hasard. En 3ème, j’ai passé ce brevet d’Histoire-Géo- EC si à côté de la plaque… En effet, je suis une assez bonne élève mais le sens contradictoire, simpliste ou au contraire tiré par les cheveux de certaines question m’a décontenancé.
    On nous avait prévenu de la difficulté de ce brevet « zapping » visant seulement à vérifier en résumant, mais pas de ces questions pour vérifier que l’on avait fait l’intégralité du programme…

    Faisant le tour des forums, je m’aperçois même que les consignes de corrections varient selon les académies… De quoi dégoûter moi et toute ma bande de copines, dont certaines sont arrivées avec beaucoup d’espoirs, notamment celles qui veulent obtenir ce brevet, et son reparties avec trop de questions.

    Bref, je vous remercie pour ce billet sincère qui remet les choses à leur place.

    Merci 🙂 ! Bonnes vacances !

  15. Bonjour, Moi je suis une maman d’un élève qui a galéré toute l’année en général et qui a passé ces deux derniers mois à réviser sans cesse livre et cahier. Et là il faudrait vous excuser et bien non. Désolée. Tout ce que j’espère c’est que mon fils va avoir son brevet, c’est important pour lui même si cela ne sert pas à grand chose, mais pour lui se sera un déshonneur. Excusez moi pour l’expression mais ça me dégoute ! UNE MAMAN EN COLERE.

    • Je crois que vous n’avez pas bien compris le sens de mon billet. J’y remets justement en cause la nature de l’épreuve et les questions qui ont piégé les élèves.

  16. J aurais pu écrire les mêmes mots pour l épreuve de français, mais finalement les premiers qui m ont brûlé la langue sont : tout ça pour ça …(avec un air de dépit résigné)

  17. […] Peut mieux faire, le blog d’un prof d’histoire […]

  18. Génial article, je l’ai mis dans mon propre blog : http://www.ensortantdelecole.wordpress.com ! Si vous passez par là…

    Bon courage !

    Et surtout : bonnes vacances !

    Pauline, une instit’ qui a démissionné (mais qui sera toujours instit’ dans sa tête), une comédienne militante.

  19. Moi qui ai passé cette épreuve, je suis asser étonné des critiques qui ont été faites à l’encontre de ce sujet. Dans ma classe, nous n’avons pas du tout terminé le programme, passé en 10 minutes la guerre de Corée et ignoré les crises de Cuba. Les médias, nous ne les avons pas abordés en cours. Et pourtant, j’ai trouvé ce sujet plutôt simple. Je pense avoir réussi quasiment toutes les questions (sauf le développement sur Cuba/Corée qui restera une page blanche à jamais…). Pour moi, ce sujet ne méritait pas autant de critiques qu’il n’en a eu. Mon esprit d’élève me fait peut-être ignorer certains points…

    • Certains élèves ont réussi et c’est tant mieux ! Mais d’autres ont vraiment été perturbés par la nature des questions car elles ne correspondaient pas vraiment au travail effectué à partir du programme (que j’ai terminé !) ou les empêchaient de montrer leurs acquis. Tes professeurs t’on appris pendant 4 ans à rédiger un récit en histoire et à le mettre en perspective avec une période ou un fait plus large. est-ce normal que tu n’aies pas pu montrer tes acquis dans ce domaine à cause de la question posée sur la Corée ou Cuba ? Une consigne qui aurait davantage correspondu au programme aurait pu être  » Racontez une crise de la guerre froide et montrez comment elle est significative de cette période ». Et là, tous les élèves pouvaient s’y essayer. Concernant cette question, j’ai d’ailleurs lu dans la presse que les élèves avaient le choix c’est faux ! C’est le prof d’histoire qui a le choix dans l’année de développer soit la guerre de Corée soit la crise de Cuba comme exemple. de fait les élèves ne pouvaient donc pas choisir. D’autres questions en géo et en éducation civique étaient aussi inutilement difficiles car mal posées par rapport à ce qui était évalué. Les élèves (comme toi) qui avaient une grande maîtrise des notions les ont cernées mais d’autres non alors qu’ils maîtrisaient l’essentiel.

      • En effet, si la question m’avait été posée comme vous l’avez dit, je me serait peut-être essayé à la question. Je n’aurais pas eu tous les points car vu le peu que sais au sujet de la guerre froide je n’aurais pas été capable de faire un développement de grande qualité mais cela m’aurais permis de gagner un point ou deux supplémentaires.
        Verdict dans moins d’une heure pour moi maintenant…

  20. bonjour M.Quinet je vous ecris au nom de certains de vos anciens eleves et nous vous comprenons autant que vous nous comprenez a votre continuation a montpon cordialement un de vos ex eleves de la 3eme3 ^^

    • Ce n’est pas le blog de M. Quinet (qui a certes repris ce texte). Comme c’est un ami je luis fais passer ce message. merci pour lui !

      • Re

        je croyais que c’etait le sien, mais merci de lui remonter 🙂

      • Merci de la commision et sinon vous pouviez me dire sa reaction pace que j’ai parlé avec des gens de la 3eme3 de l’an dernier et franchement personne connait le site je suis tombe par hasard dessus et je suis maintenant au lycee de ste foy la grande

  21. […] aggiornamento histoire géo, par l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie, des blogs personnels de professeurs du secondaire ou sur le hashtag #DNB2013 sur Twitter. Elles font, à mon avis, le tour de la […]

  22. Bonsoir, je reviens sur ce sujet, même si je pense pas avoir de réponses précises, je ne sais pas comment était le sujet de l’an dernier, mais perso le bac c’est plûtot chaud, mais que dire qu’il y avait une composition dans le brevet de mon année, selon Lilian le brevet de cette année à été facile… Pour moi, ce brevet ne sert juste a testé les compétences des élèves, qui sont validées par les contrôles durant l’année, il possède presque un niveau de 1 ERE … En espérant, que vous gardez votre façon si particulière, qui se traduit : ce n’est pas des cours marginaux, mais des histoires qui captivent votre classe…

    cordialement vos anciens eleves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :