Réflexions personnelles sur notre système éducatif et son actualité

Dindons, fin de la farce ?

In Au piquet on 20 février 2013 at 16 h 18 min

Alors que le retour à 4 jours et demi faisait consensus au sein de la communauté éducative, le collectif des dindons voyait le jour, faisant écho au collectif des pigeons qui avait eu son moment de gloire médiatique.
Lors du passage à la semaine de quatre jours nous n’avions pas eu droit à un collectif des autruches (qui n’auraient pas voulu la faire – l’autruche- face au “Munich pédagogique” dénoncé alors par Antoine Prost). Mais revenons à nos … dindons

Comme tout collectif de ce genre, on a pu déceler dans les propos tenus une certaine défiance à l’égard des syndicats, ces corps intermédiaires fustigés lors du dernier quinquennat (et qui ont cette fois-ci été consultés ! ). On peut avoir du reste d’autant plus de mal à comprendre pourquoi certains d’entre eux ont fini par les suivre …
S’opposant à la réforme des rythmes scolaires, ce regroupement a choisi l’anonymat comme mode de communication. Les désobéisseurs qui s’étaient opposés à la politique des trois derniers ministres s’étaient montrés bien plus courageux. Avant même la publication du décret (et donc des modalités réelles du passage à 4 jours et demi), les dindons se sont montrés très vindicatifs face au projet de Vincent Peillon, jouant sur la corde « on va encore nous demander des efforts sans contrepartie » ou “encore une fois ce sont les PE qui doivent amorcer le changement”.
Joli coup de buzz qui a réussi à ratisser large.

C’est là que ça se corse. C’est là que l’arnaque commence ! S’opposer d’accord, proposer est une autre chose.  Pendant plusieurs mois, les dindons n’ont jamais été clairs sur ce qu’ils souhaitaient. Nous avons eu l’occasion d’échanger avec plusieurs d’entre eux durant cette période pour tenter de comprendre. IMPOSSIBLE d’avoir une réponse claire. Pire, ce sont des raisons très diverses, voir contradictoires qui nous ont été données pour refuser la réforme des rythmes.
« Ca ne va pas assez loin, il faut des journées encore plus courte avec plus de périscolaire »
« Impossible de mettre en place du vrai périscolaire, nous n’avons pas les moyens »
“Le périscolaire c’est du gadget avec des animateurs pas toujours compétents”
« Les rythmes c’est bien mais il faut revoir les programmes, les salaires, les moyens … avant»
« Il faut revenir aux fondamentaux avant tout »
« Il n’y aura pas stricte égalité sur le territoire »
« On ne nous laisse pas assez la parole pour proposer des solutions locales »

Bref, un magma d’arguments ayant pour seul dénominateur commun le refus du décret (arrivé entre temps).
Mais aucune proposition globale et cohérente de la part de ce collectif. Et pour cause, c’était une stratégie payante : ratisser très large sur le « NON » quitte à fédérer des personnes ayant des visions totalement opposées de l’école et de son avenir. 16 000 signatures… tout ça sans propositions !
Certaines craintes peuvent s’entendre mais elles ne justifient en rien un tel mouvement, un tel refus ! Des solutions peuvent être trouvées, de nombreux exemples locaux le prouvent.
Cette contestation a atteint son paroxysme lorsque tout ce joli monde s’est retrouvé à embrayer le pas d’un mouvement initié à l’origine pour le retrait total de l’ensemble du projet de loi sur l’école (comprenant les 60 000 postes, le « plus de maîtres que de classes », le retour d’une vraie formation, la refonte des programmes).

Aujourd’hui les masques commencent à tomber ! Le collectif des « dindons » propose enfin sa vision dans une lettre à Vincent Peillon. En réalité, ce sont 9 personnes qui signent la lettre, prenant soin de préciser qu’en fait ils ne représentent peut être pas tous les dindons mais ce sont les dindons quand même qui s’expriment !
Et que veulent-ils ? L’augmentation des heures ! 26H par semaine sans périscolaire… quelques jours après la proposition du GRIP et son retour à 27h (précisons que ce mouvement a pour objectif un retour au passé avec une instruction pure et simple et limitation initiale au « savoir lire écrire compter calculer » … du Darcos dans le texte). Les « dindons » souhaitent tout de même un peu de concertation, là où le GRIP juge tout ça comme du gagdet pédago. Remarquons au passage que l’argument “cette réforme oui mais avec le samedi” a disparu de la circulation.
Tiens tiens … Et voilà que le vaisseau dindon vacille ! Où sont les belles idées selon lesquelles il fallait que la réforme aille plus loin ? Celles qui voulaient s’inspirer du modèle finlandais ? Celles qui voulaient un allègement conséquent des journées ?
Certains commencent à se désolidariser.

Il nous semble que chez les opposants à ces nouveaux rythmes, il y ait trois grandes catégories :
– ceux qui ne veulent travailler que 4 jours.
– ceux qui veulent une école classique avec des programmes denses centrés quasi exclusivement sur les maîtrises techniques… celle qui fait échouer tant d’élèves mais réussir d’autres, les plus favorisés. Ces mêmes qui ont compris la vision de l’école de Vincent Peillon et qui préfèrent celle des Le Bris ou Brighelli.
– ceux qui auraient voulu mieux dans l’allégement des journées, la répartition de l’année, dans la prise en compte globale de l’éducation (au delà de l’école).

Pour les deux premières catégories, il est temps de ne plus les écouter, pour la troisième, c’est le moment d’essayer de construire plutôt que détruire. Agir localement, essayer, puis améliorer afin de porter l’espoir d’une école émancipatrice pour tous. Et passer à la suite : les programmes, les RASED, le collège (qui aura aussi ses conservateurs, voire davantage), le lycée, le socle commun …

Laurent Fillion, Guillaume Caron

Advertisements
  1. Bonsoir,
    Vous écrivez :
    « Et que veulent-ils ? L’augmentation des heures ! 26H par semaine sans périscolaire… quelques jours après la proposition du GRIP et son retour à 27h (précisons que ce mouvement a pour objectif un retour au passé avec une instruction pure et simple et limitation initiale au « savoir lire écrire compter calculer » … du Darcos dans le texte). »

    Faudrait tout de même vous renseigner un peu : le GRIP justement ne réclame pas un pur et simple retour au « fondamentaux », si mal nommés, mais un enseignement de culture dès la maternelle. Et pour cela, oui, il faut 27 heures, au moins.
    Cordialement,
    Guy Morel, secrétaire du GRIP.

  2. Tout cet article dans quel but? Montrer qu’il n’y a pas de consensus? Cela semble pourtant évident! Les dindons pointent du doigt les approximations et les dérives du décret sur les rythmes, pourquoi est-ce condamnable? Vouloir parler de ce qui pose problème concrètement dans les classes (programmes, effectifs, rased notamment) plutôt que des supposés avantages au niveau des rythmes m’apparait cohérent et davantage bénéfique pour les élèves. Actuellement, les moyens de sont pas réunis pour qu’une modification des rythmes sur la semaine soit avantageuse. Elle n’est bénéfique qu’en théorie malheureusement…

  3. Bonjour,
    Cette modification des rythmes est surtout faite pour « protéger » les enfants, nos adultes de demain des savoirs. Comme le dit Tom, il semble bien plus urgent de s’attaquer véritablement aux programmes et comme le dit le GRIP que vous citez et que je ne connais pas, il faut plus d’heures et s’il y avait plus d’heures, les élèves ne feraient pas que de travailler les fondamentaux mais pourraient s’ouvrir à la culture avec leurs enseignants bien plus compétents (sans vouloir dénigrer les animateurs).
    Comment faites-vous pour ne pas le voir ? à croire que vous le faites exprès. il est sûr que pour en arriver à une telle négation de l’évidence du devenir de ces petits gosses, autant commencer tout de suite à trouver de quoi les occuper et non les instruire. Avec l’aval de n’importe quel gouvernement, et de gauche de surcroît, c’est encore mieux, du moment que ça ne coûte pas, ou disons-le ne coûte plus rien, à l’Etat. Mais quand donc les parents vont-ils s’en rendre compte ou bien est-il déjà trop tard, la machine est irrémédiablement enclenchée et on profite de la crise pour berner des parents noyés dans les problèmes de survie ?
    Le bon sens ne doit plus être assez bon pour que les enseignants (les seuls qui auraient sans doute les moyens d’instruire, chacun dans son coin, telles les fourmis, ) daignent s’y abaisser. Depuis 30 ans on voit bien ce que ça a donné,ça suffit non? Revenir non pas à des fondamentaux enseignés comme en 1950, mais utiliser les nouvelles techniques pour enseigner les fondamentaux me semble une évidence. Les utiliser pour valider des compétences, comme si on pouvait saucissonner les apprentissages et en extraire des petits morceaux pour savoir si c’est acquis ou pas, c’est encore pire que le BLED.
    Quelle tristesse !
    Je suis une grand-mère désespérée qui voit ses trois petits-enfants (4,6 et 7 ans) revenir de la classe désabusés et qui s’enchantent dès qu’on leur propose à la maison des activités qui les font vraiment réfléchir tout en les instruisant. « comment partager le reste du cake en trois parties égales? » Et après avoir à peu près trouvé tout seuls et quelques explications de mamie, les deux grands s’amusent à diviser tout ce qu’ils trouvent en trois et ont bien compris qu’il y avait parfois un reste qu’on retrouve en posant une nouvelle opération!
    Leur cousin de 9 ans n’en a pas encore entendu parler. Est-ce trop dur ou est-ce un manque de temps et en conséquence de quoi, il faut alléger, alléger jusqu’à ce qu’on n’enseigne plus rien ou presque? Mais bon, l’an prochain mes loulous feront du jardinage, ou du théâtre avec leurs cop’s les animateurs et regarder d’un sale oeil la maîtresse qui voudra les faire travailler une heure avant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :