Réflexions personnelles sur notre système éducatif et son actualité

Les jugements sur l’évaluation par compétences sont-ils justes ?

In Salle des profs on 8 février 2012 at 11 h 41 min

Dans l’Expresso de mercredi dernier François Jarraud titrait à propos d’une étude de la DEPP publiée par la Documentation Française « L’évaluation par compétences est-elle juste ? «  Au vu des dernières prises de positions du Café Pédagogique sur les compétences et le socle commun, on pouvait aisément se douter avant de débuter la lecture de l’éditorial que la réponse y serait négative.

Cette conclusion annoncée dès le titre pose un réel problème. On y confond une fois de plus validation et évaluation. Fallait-il une étude pour se rendre compte que la validation du LPC telle qu’elle a été imposée dans la précipitation pouvait engendrer des inégalités dans la rigueur avec laquelle elle est mise en place ?

Or, c’est justement en absence d’une réelle évaluation par compétences que la validation des compétences peut au final s’avérer injuste. Quand vous évaluez avec des notes toute l’année et qu’on vous demande en juin de valider les « compétences » du LPC, cela se fait à posteriori, sur des  « sentiments » et là forcément comme le souligne l’étude et l’article, les élèves « qui se déclarent bons élèves » (ou qu’on déclare ?) sont avantagés.

Par contre, quand vous avez évalué pendant une voire quatre années les élèves par compétences, quand vous avez conservé des grilles (qu’on qualifie un peu vite d’usines à cases) ou quand vous disposez de leur port-folio, quand vous avez sous les yeux leurs acquis, leurs progrès et leurs manques, la saisie de la validation de compétences se fait entoute connaissances de causes.

NON, l’évaluation par compétences n’est pas injuste, c’est au contraire son absence qui provoque des injustices au moment de la validation.

D’autre part, cette étude est finalement un aveu d’échec. Le Socle Commun doit être -rappelons-le- maîtrisé par tous les élèves en fin de scolarité obligatoire. Il semble donc qu’il n’en est rien.

Certes les profs ont bizarrement toujours beaucoup de scrupules à accepter de « mettre 20 » à tout le monde, comme si un savoir ou une compétence partagé(e) par tous aurait moins de valeur ? à moins qu’il n’y ait une volonté cachée de toujours sélectionner.

Mais force est de constater aussi que le contenu du socle -tout en oubliant des compétences importantes- est souvent trop ambitieux.

Surtout, seule la généralisation de l’approche par compétences et de l’évaluation de même ordre aidera les enseignants à réussir dans cette tâche, grâce au suivi des acquisitions et donc de la remédiation qu’elle permet.

Encore faudrait-il pour cela ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain en déclarant par exemple qu’elle provoque autant d’inégalités que la note…

Advertisements
  1. Tu as raison :je crois aussi que la validation a occulté le débat nécessaire sur les compétences. De plus enseigner par compétences puis évaluer ne va pas de soi, je trouve. Il faut se remettre en question, changer de point de vue et la disparition progressive de notre formation continue n’augure rien de bon pour ce débat

  2. Je vous rejoints entièrement tous les deux. Dans cette histoire, on ne parle souvent que de l’évaluation et de l’usine à cases. Ce fut d’ailleurs ma première impression lorsque j’ai abordé ce problème pour la première fois il y a 3 ans. Le problème je pense c’est que nombres de collègues faute de formation et d’explication son resté à cette étape et ne se sont pas remis en question : ni dans leur pratique et dans leurs évaluations. D’ailleurs, nous passons pour des « pédagogols » pour certain. Il faut aussi être un peu fou pour se lancer dans ce travail car si l’on va au bout des choses c’est un changement radical qui nous est demandé. Pas simple dans un métier où le conformisme règne. Mais d’autre part je reste convaincu qu’un enseignant qui maîtrise parfaitement sa matière et un forme de pédagogie qui lui convient est capable de faire progresser ses élèves même s’il me semble que le travail pas tâche complexe est plus intelligent, plus formateur pour nos élèves, surtout en HG à l’heure d’internet. Mais ceci est une autre histoire.

  3. Si l’on suit l’auteur de ce blog et ceux qui rédigent les commentaires, on a l’impression que l’ensemble des profs de collège sont incapables de comprendre l’intérêt de l’approche par compétences, et/ ou trop conservateur pour se remettre en question …
    Quel mépris pour la profession, pour nos collègues, déjà attaqués dans leur conditions de travail, et dans leur métier même !
    Nos collègues ont bien compris que l’approche par compétence aboutit à à une perte de sens de leur métier, en les dépossédant de leur compétences pédagogiques via une évaluation/validation qui donnent aux personnels de direction de nouveaux outils dans le cadre du « pilotage par la performance ».

    • @Jean-François,

      Tout d’abord permets-moi de te rappeler que ce n’est pas l’ensemble des profs qui s’opposent par principe à l’approche par compétences. Dans mon collège, c’est même une majorité de collègues qui a décidé de s’y mettre sans qu’on leur demande quoique ce soit.

      Le mépris me semble venir de ceux qui voudraient laisser croire que ces collègues soient complices de la politique actuelle. En cela je trouve une grande partie ton commentaire de mauvaise foi (http://cortecs.org/outillage/151-moisissures-argumentatives)

      Quant à ceux qui s’y opposent je suis bien obligé de constater que c’est parfois par conservatisme et souvent par méconnaissance du sujet (je m’étonne toujours qu’on puisse s’opposer et surtout avancer des critiques peu mesurées à des démarches qu’on n’a jamais tenté de pratique soi-même).

      Ce que tu écris à la fin de ton commentaire va dans ce sens.
      Confondre volontairement ou non « travailler et évaluer par compétences » et « remplir le LPC », c’est tromper les collègues.
      C’est justement quand on ne se contente pas de valider le LPC en fin de parcours qu’on ne tombe pas dans le travers que tu décris. Chercher à mieux connaître les acquis et manques de ses élèves, mieux prendre en compte leurs progrès et les rythmes des apprentissages, en vue de les amener tous en fin de scolarité à une même culture commune, ce serait donc nous déposséder de nos compétences pédagogiques ?

      On peut bien évidemment (et je l’ai fait à de nombreuses reprises) critiquer
      – l’absence de formation qui devrait accompagner les collègues dans la mise en place de telles démarches
      – le manque de cohérence, voire les reniements
      On peut aussi bien évidemment débattre des aspects positifs et négatifs de telle ou telle démarche à condition de se mettre d’accord sur ce dont on parle.

      Mais je ne pense pas qu’on aidera les collègues à y voir plus clair en se contentant des caricatures et des amalgames bien peu justifiés. Laissons cela au snalc qui le fait si bien.

  4. Merci pour ce post qui me rassure sur ma santé mentale. En effet, je fait partie de ceux qui dès le départ ont été favorable à cette approche. Certains le jugent rapidement comme machine à raboter le niveau en oubliant qu’au contraire c’est un outil formidable pour enfin faire de la vraie différenciation dans l’enseignement des bases. En effet, loin d’être le plafond à atteindre on est bien sur un plancher à atteindre. Que certains élèves aillent au delà reste très naturel, par contre qu’on laisse certains en dessous, c’est plus embêtant. Toutefois, je déplore qu’autour rien ne soit fait pour que cet outil soit efficace. On reste trop sur cette logique qui stigmatise les élèves en difficulté. En effet, allons plus loin et autorisons certains jeunes à mettre plus de temps pour acquérir ces compétences (je préfère le terme de « capacité ») et ces connaissances. Je ne parle pas forcément de redoublement tel qu’on le fait aujourd’hui… (parlerai-je de modularité dans la formation?)
    Au plaisir de vous relire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :