Réflexions personnelles sur notre système éducatif et son actualité

Réforme du collège : la contre proposition qu’on n’ose pas nous proposer

In Salle des profs on 24 mai 2015 at 18 h 44 min
Dessin de Jimo

Dessin de Jimo

Nous avons cherché les contre-propositions des adversaires de la réforme du collège. Nous n’avons pas trouvé de propositions de grille-horaires.

Néanmoins en fonction des arguments avancés ces derniers temps, nous avons pu l’élaborer. Chaque discipline (ou presque) y va de sa pétition et de sa revendication. « On sacrifie les sciences », « on sacrifie les langues »… Chacun revendique un peu plus, ignorant l’approche globale que doit avoir une réforme.

Pêle-mêle :

– Plutôt que de supprimer les classes bilangues et commencer la LV2 en 5e, généralisons les classes bilangues pour tous les élèves

– Une langue ne peut être correctement apprise qu’avec un minimum de 5h par semaine

– Il faut augmenter sensiblement les heures dans les matières fondamentales (français, maths)

– Hors de question de prendre sur l’horaire d’histoire-géographie pour enseigner l’EMC

– Le latin et le grec sont indispensables pour réussir en français (et pour accéder à la « civilisation » et l’humanisme)

– Hors de question de diminuer les horaires disciplinaires

– Les travaux pluridisciplinaires doivent être progressifs et proposés en plus des heures disciplinaires

– L’AP ne sert à rien, il faut la remplacer par des heures de soutien et d’approfondissement dans les matières fondamentales

– Il ne faut pas supprimer les devoirs à la maison mais mettre en place dans les emplois du temps des heures pour les faire au collège

En tenant compte de tous ces postulats, l’emploi du temps d’un élève de collège (en 5e?) pourrait ressembler à ça :

français : 7h

maths : 7h

anglais : 5h

Lv2 : 5h

hist-geo : 3h

emc : 1h

svt : 2h

sc phys : 2h

technologie : 2h

ed musicale : 1h

arts plastiques : 1h

eps : 3h

latin : 2h

grec : 2h

travaux pluridisciplinaires : 2 h

soutien français : 2h

soutien math: 2h

aide aux devoirs : 4h

TOTAL : 53h

Qu’en pensent les parents ?

Ceux qui luttent contre la réforme recouvrent au moins toutes ces revendications qui arrivent à une proposition ridicule.

Le fait est qu’au final, il faut trancher et penser globalement. Il y a des arbitrages à faire et contenter tout le monde est illusoire. Rappelons que la réforme n’a pas pour but de contenter les enseignants mais de faire mieux réussir tous les élèves.
Nous comprenons qu’il soit plus facile de ne pas formuler de contre proposition globale puisqu’on finit par fâcher quelqu’un (et on perd alors une part de clientèle) ou alors sombrer dans le ridicule.

C’est aussi la raison pour laquelle une réforme ne fera jamais l’unanimité et peinera à convaincre une majorité.

Guillaume Caron & Laurent Fillion

 

Bingo  » Réforme du collège »

In Au piquet on 11 mai 2015 at 18 h 43 min

A la demande de Cyril un bingo trop facile à réaliser car il n’y avait  plus rien à inventer. 

loto

Débat ? Des bas !

In Au piquet on 22 avril 2015 at 16 h 00 min

Les débats entre profs autour de la réforme du collège ont atteint des sommets d’intolérance ces derniers jours. Pour les opposants à la réforme, il n’est tout simplement pas envisageable que des collègues puissent s’y retrouver.

Ainsi a-t-on droit, non pas à des critiques contre la réforme mais à des critiques contre ceux qui sont pour la réforme.

On aurait pu dire ou écrire « Nous craignons que cette réforme multiplie les hiérarchies intermédiaires« , on a eu droit à « les partisans de la réformes sont pour plus de hiérarchie intermédiaire #ouichef #ouichef »

Parfois on a balayé d’un revers de la main les positions des partisans de la réforme en les accusant tout simplement « de ne jamais voir un élève« .

On aurait pu affirmer « nous sommes sceptiques  sur le bien fondé des projets interdisciplinaires », on a préféré caricaturer les pratiques de collègues les mettant en oeuvre  « un projet interdisciplinaire, c’est fabriquer un porte-clé en forme de fleur de lys »

On a aussi eu droit à toute une série d’exagérations.

Ainsi en lieu et place de « l’enseignement du latin risque d’être dénaturé avec ce nouveau cadre » on a eu « le latin est supprimé ! ce sont les humanités qu’on assassine comme à Mossoul! »

Plutôt que d’avancer que « l’allemand risquait peut-être de perdre des élèves avec la suppression de l’option bilangue (là où elle existe)« , nous avons entendu « la langue de notre premier partenaire commercial  ne sera plus enseignée« .

On a même pu lire que c’était un cadeau fait aux collèges privés … qui doivent pourtant eux-aussi appliquer la réforme

On aurait pu entendre « Nous ne sommes pas favorables à davantage d’autonomie donnée aux établissements car elle peut engendrer des disparités trop grandes » mais nous avons entendu « c’est la casse du service public voulue par l’OCDE« .

Faut-il que les opposants à cette réforme et aux nouveaux programmes qui l’accompagneront soient si peu surs de leur position en faveur du maintien d’un système qui engendre des inégalités pour se montrer incapables d’argumenter sereinement ?

On peut être contre cette réforme mais qu’on nous explique vraiment pourquoi … et qu’on accepte que d’autres puissent la trouver positive.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 68 autres abonnés